À deux pas de ma porte

Publié le Catégorie: Nouvelles en image

La photo

Il y a de ces photos capté dans le soucis du détail et planifiées, des images faites en catastrophe (comme l’article de la semaine dernière) ou celles que l’on tombe dessus comme par « hasard ».

Vers la fin septembre, j’ai passé sur mon gazon et non loin de ma porte d’entrée (littéralement à deux pas!), se trouve de grandes fleurs jaunes qui sortent vers la fin de l’été.  En passant devant, j’ai remarqué qu’il y avait une abeille qui volait de fleur en fleur.  Je suis retourné chercher ma caméra avec ma lentille macro 100mm pour tenter de photographier la bébitte!

 

1ère difficulté:

il ventait un peu…  Comme ces fleurs poussent en grandes tiges d’environ 1,5 mètres, elles se balançaient au gré des bourrasques.  Avec un plan de focus microscopique, pas évident de garder une image nette!

2ième difficulté:

l’abeille ne restait pas en place!  Après tout, elle faisait son cheminement habituel de butiner d’une tête à l’autre.  Je devais donc constamment déplacer la caméra pour m’en approcher suffisamment.  De plus, il y a toujours cette crainte de se faire piquer par un bête qui se sent menacée par une caméra…

3ième difficulté:

c’était une journée nuageuse avec un ciel couvert.  J’ai ajusté les paramètres pour tenter d’avoir une vitesse d’obturation plus élevée.  J’ai fini par y aller avec une ouverture de f/6.3, ISO 400 pour atteindre une vitesse de 1/400.

Le résultat

Après plusieurs tentatives, je me suis risqué à m’allonger le bras pour retenir la fleur et amoindrir le mouvement d’oscillation causé par le vent.  En tenant la caméra dans une main en équilibre sur le trépied, la tête de celui-ci pas trop serré pour me permettre de jouer avec l’angle, j’ai pris plusieurs poses en suivant l’abeille avec la caméra.  Heureusement, elle s’est arrêtée assez longtemps sur cette fleur pour me permettre de réussir une photo nette.

Un bonus

Une fois ma photo d’abeille faite, j’ai continué à observer les fleurs au cas ou d’autres abeilles se présenteraient.  J’ai vu une mouche domestique se pointer et se poser sur une des fleurs.  Sachant que ces bestioles peuvent être nerveuses, j’ai tenté ma chance en m’approchant tranquillement.  J’ai réussi à capter la mouche qui se reposait dans la fleur.  Ce que je trouve intéressant de cette image, c’est que l’on peut voir le contraste de la palette de couleurs entre le ventre vert de la mouche et la teinte jaune de la fleur.  Je l’ai baptisé: mouche à fleur!

3 thoughts on “À deux pas de ma porte

  1. On choisit de voir ce qu’on veux voir, si les gens prenaient le temps d’observer l’univers des insectes ils en découvrirait toute la magnificence. La macrophotographie d’insectes demande le soucis du détail, un sens d’observation développé , évidemment quelques notions techniques , ne pas avoir peur de se salir ni des insectes mais surtout beaucoup de patience lol…

    1. Merci Micheline !

      Oui c’est vrai que ça prend de la patience Jacques, surtout quand il vente… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *